Cul par-dessus tête

15 juillet 2012 | Commentaires (0) | Arts de la scène, Vous vous emmerdez?

RÉCIT SONORE D’UNE EXPÉRIENCE EN APESANTEUR dans l’Airbus 0G du CNES (Centre national des études spatiales)…dans le cadre de la résidence des écrivains en impesanteur de l’Observatoire de l’Espace du CNES.

*

Réalisation : François Christophe et Pierre Meunier.

Musique originale de Jean-François Pauvros.

*

« Il n’y a qu’à monter en l’air et y rester un peu de temps », disait Nijinski.

Je n’ai qu’une certitude : la terre m’attire ; ma mère la terre m’attire. Possessive à l’extrême, notre mère rugueuse ne tolère aucun éloignement. Toute prise de distance, toute tentative d’élévation est illico sanctionnée par un brutal retour au lieu d’origine. Mort ou vif ; ma mère la terre me veut mort ou vif. Elle me veut moi, tout contre elle. Elle ne peut se passer de moi. Je lui importe énormément. Microbe d’un jour, je suis le voulu, le sans cesse réclamé, l’enfant entravé de sa mère. Ça nous tombe dessus au sortir de l’utérus, comme nous crions de nous sentir soudain peser, condamnés à la chute perpétuelle vers le bas, toujours plus bas, c’est jamais assez bas…

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Cul par-dessus tête at Michel Herren.

meta