Travailler, c’est vivre

13 septembre 2012 | Commentaires (0) | Zarathoustra

« A QUOI BON VIVRE ? TOUT EST VAIN ! La vie ne vaut pas la peine d’être vécue ! Vivre – c’est battre la paille. Vivre – c’est travailler et souffrir sans raison. Vivre – c’est brûler pour rien, se consumer sans jamais se réchauffer. »

Aujourd’hui encore, ce type de bavardage vieillot passe pour de la « sagesse ». Mais si on honore de tels propos, c’est uniquement parce qu’ils sont vieux et sentent le renfermé ; et qu’on a la fâcheuse habitude de vénérer tout ce qui est vieux et sent le renfermé. C’est chez nous devenu un réflexe : par définition, tout ce qui est ancien est noble ; tellement qu’on va jusqu’à dire que la moisissure ennoblit.

Sur ce point, les enfants disent spontanément exactement la même chose que les prétendus sages. Ils se prononcent comme eux : s’ils craignent le feu, c’est parce qu’il les a brûlés ! Avant que ça arrive, ils ne s’en soucient pas. Regardez les vieux livres de la sagesse : on y trouve beaucoup d’enfantillages de ce genre.

Mais celui qui, jour après jour, « bat la paille », travaille et souffre, comment se peut-il qu’il dénigre le battage, le travail et la souffrance ! C’est une aberration : il faut être un bouffon pour réagir de la sorte. Et savez-vous ce que mérite un tel bouffon ? Qu’on lui muselle la gueule, qu’on lui ferme le caquet – tant il est néfaste pour la bonne évolution des choses, qui passe forcément par le battage, le travail et la souffrance !

De tels gens, de tels bouffons, de tels négateurs de vie sont pauvres : quand ils se mettent à table, ils n’apportent rien avec eux, pas même une bonne faim. Tout ce qu’ils savent faire, c’est dénigrer, critiquer ce qui les entoure. Pour eux en effet : « Tout travail est vain ! Rien ne sert à rien. La vie ne vaut pas la peine d’être vécue ! »

Mais ils se trompent du tout au tout : en vérité, ô mes frères, travailler et souffrir, c’est comme bien manger et bien boire, ce n’est pas un art qui est vain, mais un art qui est sain ! C’est ni plus ni moins notre vie, notre art de vivre, notre manière à nous les hommes de vivre – et de faire honneur à notre nature.

Allez, brisez les vieilles tables des valeurs ! Brisez-moi les vieilles tables des valeurs des oisifs qui ne recherchent que la facilité et le confort et ne sont jamais contents de rien !

***

Traduction littérale

« A quoi bon vivre ? Tout est vain ! Vivre – c’est battre de la paille ; vivre – c’est se consumer et quand même ne pas devenir chaud. » –

Un tel bavardage vieillot passe toujours pour de la « sagesse » ; mais c’est parce qu’il est vieux et sent le renfermé qu’on l’honore mieux. Même la moisissure ennoblit. –

Les enfants pouvaient parler comme ça : ils craignent le feu parce qu’il les a brûlés ! Il y a beaucoup d’enfantillages dans les vieux livres de la sagesse.

Et celui qui, toujours, « bat la paille », comment pourrait-il pouvoir dénigrer le battage ! A un tel bouffon, on devrait museler la gueule !

De tels gens se mettent à table et n’apportent rien, pas même la bonne faim : – et les voilà qui dénigrent « Tout est vain ! »

Mais bien manger et boire, ô mes frères, n’est vraiment pas un art vain ! Brisez, brisez-moi les tables des jamais contents !

***

Il s’agit ci-dessus de la partie 13 (sur 30) du douzième chapitre (« De vieilles et de nouvelles tables ») de la « Troisième partie » des « Discours de Zarathoustra » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres se trouvent ici.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Travailler, c’est vivre at Michel Herren.

meta