Le monde, moi

22 février 2015 | Commentaires (0) | Clés de lectures

ob_3e9c566a3809651c3166509dd6f518e4_p1110503

Tout, ou presque, aujourd’hui, nous pousse à être centrés sur nous-mêmes. Ou plutôt sur l’image, l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes. Et sur les possibilités qui s’ouvrent à nous à partir de cette image ou idée.

Ce qui nous entoure nous apparaît volontiers comme un étalage d’objets potentiellement à notre disposition : des objets d’usage, de manipulation et de consommation, présents pour une possible acquisition et satisfaction. Sauf s’ils se trouvent liés à un interdit ou à un tabou, ou s’ils impliquent un coût trop élevé ; auquel cas nous y renonçons.

Occupés que nous sommes à consolider notre image et nos idées et à découvrir ce qui pourrait nous satisfaire, nous permettre d’augmenter notre puissance, nous ne cherchons pas tant à expérimenter notre existence, à nous connaître, nous dévoiler, nous reconnaître dans la vie, les autres et le monde, qu’à nous montrer forts, nous rassurer et nous faire plaisir. Loin de nous ouvrir à ce qui nous entoure, de partager ce qui nous prend, nous traverse, nous travaille – nous stimule, nous effraie, nous excite, nous dégoute, nous fait rêver, jubiler et/ou désespérer –, nous avons bien plutôt tendance à nous replier sur nous-mêmes. Avec pour but de faire bonne figure et d’avoir ou de laisser transparaître le moins de problèmes, de doutes et de faiblesses possibles.

Et si, au lieu d’être toujours rivés sur nous-mêmes, d’être fixés sur notre image, nos idées, notre plaisir et notre puissance, au lieu d’être des manipulateurs, des consommateurs, nous nous ouvrions au monde et nous considérions à partir de lui, comme partie intégrante de celui-ci ? Et si, au lieu de toujours regarder et juger le monde à partir de nous-mêmes, nous commencions par prendre conscience du monde et nous considérions nous-mêmes comme une partie du tout qu’il est ?

Et si nous nous efforcions de nous mettre à son écoute pour lui faire écho ? Et si, en tant qu’êtres humains nés à un endroit, à un moment, avec nos possibilités, notre cheminement, nos réussites, nos échecs, nous valorisions l’ouverture toute particulière que nous pouvons avoir sur nous-mêmes, les autres et le monde ?

Et si nous mesurions nos possibilités créatrices ? Notre aptitude à nous produire et partager nous-mêmes ? A produire et partager des mondes ? Et si nous travaillions à découvrir et accomplir la tâche qui nous revient au sein du tout qu’est le monde ? Qui nous est dictée par le tout du monde lui-même ?

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Le monde, moi at Michel Herren.

meta