Le terme « phusis »

Commentaires (3)

« Phusis » est un terme générique employé par les anciens Grecs pour exprimer ce que nous appelons aujourd’hui la vie, la nature, le monde, la vérité ou encore la réalité. Mais attention : ils n’y entendent pas seulement sa partie visible, compréhensible, rationnelle, mais aussi son côté caché, obscur, mystérieux. Contrairement à notre vision objectiviste du monde, qui ne s’intéresse qu’à ce qui se montre, la phusis privilégie partout ce qui se cache – et qui rend finalement possible tout ce qui apparaît à la surface.

Loin de notre conception de la nature

« Phusis » est un mot issu du grec ancien, traduit par les Romains par natura, qui a donné notre concept de nature. La phusis n’exprime toutefois pas la natura romaine, pas davantage que la nature telle que nous l’entendons aujourd’hui, opposées à la culture, à l’histoire, à la technique, etc. Apparenté au verbe nasci, qui veut dire naître, natura – et par suite nature – signifie à proprement parler les choses qui sont nées, les choses qu’on peut observer parce qu’elles sont, un beau jour, sorties du néant – dans lequel elles doivent inexorablement retourner.

Union des contraires

Lié au verbe phuein, apparaître à la surface à partir des profondeurs cachées, phusis n’exprime pas seulement la totalité des choses visibles qui sont nées et qui doivent mourir, mais, plus largement, plus profondément, l’ensemble des choses visibles et invisibles en leur double mouvement interdépendant, en l’union de leur contraires, en leur jeu réciproque : va-et-vient cyclique et simultané d’éclosions productrices à partir des profondeurs cachées et, en même temps, de retraits destructeurs dans les sombres ressources de celles-ci.

Rapport fusionnel au monde

Loin du rapport extérieur que nous entretenons habituellement au monde, l’expérience phusique considère toute chose et tout individu comme partie intégrante de la phusis, du va-et-vient perpétuel, interdépendant et synchrone des forces surabondantes à l’origine de tous les phénomènes. Forces surpuissantes de la vie – depuis la nuit des temps stabilisées, canalisées, refoulées par l’homme occidental.

L’enjeu est de les redécouvrir, de les libérer et accompagner partout en leur grande santé. Pour permettre à la vie de danser à sa guise, en-deçà et par-delà le désert nihiliste dans lequel nous vivons.

3 réponses à “Le terme « phusis »”

  • […] J’ai pu grâce à l’analyse d’œuvres d’autres artistes confirmer que l’approche indicielle de l’audification et l’approche symbolique de la sonification par mise en correspondance produisent des images ou des « imaginations », c’est-à-dire des images en acte. Cependant, je suis plus intéressée par l’audification dans mon travail, justement à cause de cette relation indicielle, qui me rapproche de la structure invisible, mais pourtant sensible des formes de la phusis. […]

  • […] Pour savoir d’où provient le terme « phusis », cliquez ici. […]

  • Robert Dupras dit :

    Bonjour, ce terme dit ancien, vous le savez certainement, pointe vers la pensée Védique dont les Grec ont par ailleurs été largement inspiré, enseigné.

    Vous nommé dans le texte concernant les complotistes, la pensée critique comme étant rare. La pensée binaire, comme vous la pointez est le fait de ce que la très ancienne pensée Védique nommait Maya, l’illusion. La fausse identification à la pensée, au mental.

    Bref, qu’une mise en contexte, j’essaie d’enseigner la pensée critique, en fait faire faire les étapes nécessaire avec vérité mais bienveillance pour pouvoir y arriver.

    On peut se sentir quelques fois seul en ce monde, avec quelques ami(e)s partageant non pas des points de vues, mais la pensée critique. Cependant, j’essaie d’apporter auprès d’autre amis, encore souvent prisonniers de ce qu’ils croient penser, de l’espoir. Aussi votre texte concernant les conspirationnistes est bien construit et apporte peut-être des pistes sans trop descendre en profondeur pour ne pas bouleverser trop les croyances. Juste assez, je crois… De fait j’aimerais le tester, et vais partager avec quelques personnes.

    Pour moi et monde va bien, au delà de l’apparence, une humanité meilleur est en construction. C’est justement sensible, sans aucune preuve, pour ceux qui voient les grand jeux. Ils sont prisonniers comme vous le soulignez des mêmes pièges. Votre nomenclature, et référence m’aidera peut-être à « convaincre » de cesser de vouloir le faire. Bien évidemment, il s’agit de laisser chacun libre de plonger dans un monde si complexe que tout redevient miracle et beauté en autant que l’on puisse traversé l’anxiété préalablement ressentit lorsque l’on quitte la pensée acquise.

    Merci pour votre travail!

    Robert Dupras
    Centre Yoga Chicoutimi

  • Vos commentaires