Bien écrire

05/02/2016 | Commentaires (1)

scribbling Pour écrire un texte qui vaut quelque chose, il est interdit d’être pressé. Il faut laisser les choses venir, à leur rythme, à leur guise ; puis les peser, les penser, les critiquer, les faire jouer. Pour que ça marche, patience et écoute sont de mise. Il s’agit de tout faire pour que ça avance, tout en acceptant que ça ne le fasse pas. Il faut avoir confiance : savoir qu’à force, ça va prendre, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Si ça coince, si on est pris dans un nœud, il ne faut surtout pas abandonner, faire comme si de rien n’était, mais revenir en arrière, reprendre, revoir ce qu’on a fait pour, par petites touches, l’agencer mieux, le faire parler mieux, plus clairement, plus joliment, plus justement, plus légèrement ; et peut-être, alors, débloquer l’affaire, réussir à avancer, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Travailler, sans relâche ; s’exercer, se critiquer, se reprendre, avancer, reculer, reprendre, toujours et encore, pour voir, progressivement, les choses... Suite

La canicule, signe de catastrophe ?

14/07/2015 | Commentaires (2)

soleil Canicule, signe de catastrophe ? Ouf, ça va mieux : les pires moments de la canicule semblent passés ! Mais je me demande quand même, avec toute cette chaleur, ce soleil qui tape et dessèche tout ; et cette pluie qui se fait de plus en plus rare, semaine après semaine ; je me demande, ne va-t-on pas au-devant d’une grande catastrophe ? * Réponse Il y a des périodes, durant l’année, où il fait froid, plus froid qu’à d’autres périodes de l’année ; et volontiers même très froid. Et d’autres périodes où il fait chaud, plus chaud qu’aux précédentes ; et des fois même très très chaud, comme la période qu’on a vécu il y a peu et qu’on continue d’ailleurs à vivre. On parle de « l’hiver » pour les premières périodes nommées, et de « l’été » pour les secondes. Et entre deux, entre les premières et les secondes, entre « l’hiver » et « l’été », donc, il y a ce qu’on appelle : d’une part « le printemps », entre la période de l’hiver et de l’été ; et... Suite

Vélo électrique

30/06/2015 | Commentaires (4)

Vélo électrique net Vélo électrique Q Un nouveau genre d’individus (hommes et femmes) se multiplie sur nos contrées : les adeptes du vélo électrique. Ils ressemblent à s’y méprendre à des « vrais » cyclistes, à cette différence près qu’ils pédalent à d’énormes vitesses, sans cadencer, sans transpirer, sans s’essouffler, volontiers en costard ou en jupe. L’autre jour, dans le cadre d’une discussion à bâtons rompus, j’ai osé dire que ça m’énervait ; et j’ai passé pour une vieille conservatrice ringarde… * Velo electrique RQuand on dit ce qu’on pense, et qu’on pour avantage non négligeable de ne pas avoir l’esprit complètement ratatiné, on a toutes les chances de passer pour un conservateur ringard, ou pour bien pire encore. C’est vrai : aujourd’hui, pour être dans le coup, pour être « in », « branché », « tendance », bien comme il faut – et non « has been », réactionnaire –, il faut opiner du bonnet, comme on dit : partager l’opinion de la plupart, fût-elle stupide, se réjouir de toutes les nouveautés, affirmer toutes les idioties que la... Suite

La nature sait ce qui est bon

23/06/2015 | Commentaires (1)

la-nature-sait-ce-qui-est-bon La nature sait-elle quelque chose | « La nature sait ce qui est bon » – telle est la devise du label « bio » d’un des deux géants de l’alimentation de notre pays. Mais, je me demande, la nature sait-elle vraiment quelque chose ? Et, si oui, sait-elle ce qui est bon ? * La nature sait-elle quelque chose R « La nature sait ce qui est bon », proclame haut et fort le géant Orange Migros pour ses produits labellisés Bio. « Nature », « savoir », « bonté », autant de concepts qui résonnent de manière on ne peut plus favorable à nos oreilles, remplies qu’elles sont à longueur de journée de slogans, d’idées et autres arguments de vente préfabriqués. Pour ne pas être dupes, allons voir comment la Migros elle-même explique sa formule « La nature sait ce qui est bon ». Sur son site internet, sous la rubrique « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Migros Bio », la Migros écrit ceci au sujet dudit slogan : « Bio signifie que les produits ont été élaborés de façon... Suite

La ruche, miroir de notre société ?

21/06/2015 | Commentaires (2)

ABEILLES NOIRES GP L’abeille suscite la poésie. Elle attise l’imagination. Elle fascine, un peu comme la mer, le feu, un enfant, et les infinis mystères de la vie. L’abeille est innombrable, incroyablement organisée, disciplinée ; infatigable dans son activité de sublimer le fragile parfum des fleurs en miel immortel. Elle symbolise à la fois la vie et la mort, l’éveil et l’engourdissement, la beauté et le danger. Elle accorde la sagesse, la poésie, la connaissance. Le miel n’a-t-il pas donné le don de poésie à Pindare ? Et celui de science à Pythagore ? Ne raconte-t-on pas que des abeilles se sont posées sur les lèvres de Pindare et de Platon, dans leur berceau ? Ouvrière de sa bourdonnante maison qu’est la ruche – joyeux atelier plutôt que sombre usine –, l’abeille travaille sans relâche, non seulement à la pérennité de l’espèce, mais encore à l’animation de tout l’univers, entre terre et ciel. Dans toutes les traditions, l’abeille symbolise le principe vital, l’activité, la productivité, l’éloquence, la poésie, l’intelligence ;... Suite

Comme un avion

16/06/2015 | Commentaires (3)

comme_un_avion_grd Comme un avion Comme un avion – sans ailes –, ça vous dit quelque chose ? Pas la chanson de Charlélie Couture, ou plutôt pas vraiment. Non, le dernier film de Bruno Podalydès, avec… Bruno Podalydès, Agnès Jaoui, Sandrine Kiberlain, Vimala Pons, Denis Podalydès, Pierre Arditi, et plein d’autres encore, ça vous dit quelque chose ? Et Venus, ça vous dit quelque chose ? « Là un dard venimeux, là un socle trompeur, plus loin une souche à demi-trempée, dans un liquide saumâtre, plein de décoctions d’acide, qui vous rongerait les os. Et puis, l’inévitable clairière amie, vaste, accueillante, les fruits à portée de main. Et les délices divers, dissimulés dans les entrailles d’une canopée, plus haut que les nues. Elle est née des caprices, elle est née des caprices : pommes d’or, pêches de diamant, pommes d’or, pêches de diamant ; des cerises qui rosissaient, ou grossissaient, lorsque deux doigts s’en emparaient; et leurs feuilles enveloppantes, la pluie et la rosée, la pluie et la rosée. Toutes ces choses... Suite

Election FIFA

02/06/2015 | Commentaires (2)

im-hallenstadion-in-zuerich FIFA |  J’adore regarder le sport à la télévision : football, tennis, basket, athlétisme, etc. Mais l’autre jour ça m’a moi-même surpris de me retrouver à regarder le Live Stream de l’élection de… Sepp Blatter à la tête de la FIFA. Alors même qu’on est en plein Roland-Garros et qu’il y aurait mille autre choses plus intéressantes à faire, je me suis retrouvé là à regarder en direct des gens en train de voter. Comme si l’événement était incontournable, comme une élection de président ou de pape. * FIFA  Quelque chose me fait croire que nous sommes joliment téléguidés dans nos activités quotidiennes. Dès qu’on a du temps libre, dès qu’on se situe en dehors de nos obligations, professionnelles, familiales, voire amicales, s’il en est, on se retrouve volontiers scotchés devant notre téléviseur ; et ce de plus en plus pour regarder des manifestations sportives – pardon des events sportifs, comme on dit aujourd’hui. En ce moment, après le foot, tout le monde s’intéresse à Roland... Suite

Après 2014, place à 2015, 2016, 2017…

26/05/2015 | Commentaires (0)

Calendrier 1 Je ne sais pas vous, mais moi, pendant un moment, un bon moment même – plusieurs années, au moins trois, quatre ans –, « 2014 » a été une référence dans ma vie. Oui, malgré moi, quand je faisais des projets, quand je pensais à mon avenir, je le faisais en pensant à… 2014. Pourquoi ? Eh bien à cause de, ou grâce à « Zürich 2014 », l’année 2014 est devenue une année spéciale pour nous autres amoureux d’athlétisme – athlétisme du corps bien sûr, mais aussi athlétisme de l’esprit. Comme si, cette année-là, allait être un tournant dans notre vie, sinon un tournant dans la vie en général. * * Et hop, mine de rien, nous voilà en… 2015 ! Qui l’eût cru ? Oui, c’est comme ça, 2014 est passé : « Zürich 2014 », les Championnats d’Europe à domicile, le fameux « ones-in-a-lifetime event », tout ça est derrière, tout ça fait désormais partie de l’histoire. Place à 2015, 2016, 2017, etc. « Zürich 2014 »« Zürich 2014 » ? Bien sûr, on y était ! Sinon sur place,... Suite

Ah, c’est beau !

19/05/2015 | Commentaires (0)

Dents du midi C’est beau | Depuis que je suis tout petit mes parents m’ont emmené me promener à la montagne. J’aimais bien ça, mais très vite quelque chose a commencé à m’énerver : chaque fois qu’on arrivait quelque part, mon papa s’exclamait : « Ahhh, c’est beau ». Et je ne sais pas pourquoi, je trouvais ça très désagréable. Pas parce que ce n’était pas vraiment beau, moi aussi je voyais bien que c’était beau. Mais quelque chose m’énervait dans la façon dont mon papa le faisait remarquer. * C’est beau Ah, ton papa, mon cher Bboul, semble être victime, comme de nombreuses (grandes) personnes, du syndrome – très occidental – de l’imposition et de l’universalisation tout azimut des idées traditionnelles. Je parie qu’en plus de dire « Ah, c’est beau ! » à chaque point de vue qu’il rencontre, ou, mieux, à chaque point de vue où il vous emmène (et je ne serais pas étonné qu’il s’agit surtout des points de vue explicitement indiqués dans les guides), il dit aussi très... Suite

Ouverts, souples, tendus

17/05/2015 | Commentaires (0)

archers-Cattle Le « moi » est une fiction qui n’a de cesse d’évoluer, de s’engendrer elle-même, de proliférer, de croître, de se renforcer, de se démultiplier. Ou alors de se ratatiner, se durcir, si notre éducation, notre environnement et finalement notre expérience nous a appris qu’il fallait se protéger, se replier sur soi-même. Tout l’enjeu de la vie est de rester ouvert, souple. Non pas mou – pas plus que rigide –, non pas crispé – pas plus que détendu –, mais tendu, comme la corde d’un arc, prêt à lancer ses flèches, ou comme un instrument de musique, prêt à faire résonner la vie. ... Suite

La grande Bellezza

12/05/2015 | Commentaires (3)

La grande Bellezza image La grande Bellezza |  J’ai vu que PHUSIS proposait pour ce mardi soir, dans ses « Traces phusiques à la TV », La grande Bellezza, film de 2013 réalisé par Paolo Sorrentino. Moi qui croyais que le cinéma italien était mort, je m’étonne ! Est-ce qu’il serait possible d’en savoir un petit peu plus ? * * La grande Bellezza R Non, même si la plupart des productions cinématographiques italiennes sont des navets et laissent craindre le pire pour la grande tradition du cinéma italien, bonne nouvelle, ce dernier n’est pas mort. Preuve en est La grande Bellezza de Paolo Sorrentino, qui passe ce soir, en fin de soirée, sur RTS un, ou qui existe bien entendu en DVD et se trouve aussi en livestream. Vous verrez, La Grande Bellezza est un film étonnant, dans la veine des plus grands Italiens avec, en tête, Luchino Visconti en personne. Quelle esthétique, quelle sensibilité, quelle beauté, quelle sensualité et quelle bande originale incroyable ! Tout ça pour dire la situation formidable dans laquelle est... Suite

Emotion marathon

05/05/2015 | Commentaires (1)

6463911691_277fae966f net Emotion marathon Q | Dimanche, j’ai eu l’occasion d’être à l’arrivée du Genève Marathon, de l’ainsi nommé « Harmony Genève Marathon For Unicef ». Et j’y ai vécu quelque chose d’étonnant, pour ne pas dire d’étrange. Alors que, jusqu’ici, l’amateur de sport que je suis a l’impression de n’avoir vibré, frissonné et été vraiment ému que par les luttes des athlètes élite, de grand style, j’ai, dimanche, à maintes reprises eu des frissons et des larmes aux yeux en voyant et partageant l’émotion des coureurs populaires à l’arrivée. Des marathoniens pas beaux du tout, mais en extase, tout sourire, juste heureux d’être arrivés, d’avoir réussi, de retrouver leur famille, leurs gens, tout aussi heureux et émus qu’eux et que moi. Des moments d’une intensité et émotion rares, que j’aimerais bien mieux comprendre. * Emotion marathon RDepuis une vingtaine d’années, le marathon est devenu un véritable phénomène de société, aussi étonnant qu’étrange. Des millions de personnes s’engagent aujourd’hui dans l’épreuve mythique des 42,195 km, rejouant à... Suite

Un dieu artiste ?

03/05/2015 | Commentaires (0)

Femme-arbre Pourquoi tout ça ? Quel sens donner à la vie ? En voyant les choses comme elles vont et viennent, en voyant les gens comme ils sont et comme ils vont et viennent, on peut bien se le demander. A quoi bon les cycles, les saisons, les aller et retour, les agitations, les faux-semblants ? A quoi bon la naissance, l’éclosion, la croissance, les multiples apparences – et la stagnation, le déclin et la mort ? Les scientifiques ont beau dire, ils n’y comprennent pas beaucoup plus que nous. Bien sûr, ils peuvent dévoiler et produire quantité de choses, mais au fond, quand il s’agit des questions de la vie, de la mort, de l’amour, ils ne savent que répondre. Mais quelles sont donc ces forces qui nous font vivre, qui nous prennent, nous traversent, comme elles font vivre, prennent et traversent tous les phénomènes du monde ? D’où viennent-elles ? Comment s’organisent-elles ? Où vont-elles ? Et si on... Suite

Sauvegardons le point-virgule !

28/04/2015 | Commentaires (2)

point-virgule net Point-virgule | Le point-virgule, vous connaissez certainement. Vous savez ce point situé exactement au-dessus d’une virgule qu’on place à la fin d’une phrase, quand on veut marquer une pause, plus grande qu’une virgule, et moins forte qu’un point. Mais vous n’avez peut-être pas entendu que le point-virgule est en voie d’extinction. Comme l’albatros des Galapagos et le tigre de Sumatra, le point-virgule risque de disparaître de la surface de la terre, si on ne le sauvegarde pas… * Point-virgule RComme l’indique le trait d’union entre les deux termes du mot, le point-virgule est un entre-deux : il marque une pause, une suspension, une respiration, un souffle plus grand qu’une virgule, mais moins nette qu’un point. Une pause « de moyenne durée », comme l’indique Grevisse, dans Le bon usage, LA grande référence en matière de grammaire française (Bruxelles : De Boeck). Il nous apprend que le point-virgule a somme toute deux fonctions : Tantôt, rappelle Grevisse, le point-virgule joue le rôle de virgule, pour séparer une suite d’éléments coordonnés, surtout... Suite

En avant la musique !

26/04/2015 | Commentaires (0)

Musique Quand on parle de musique, on parle aujourd’hui de la musique. Ne serait-il pas plus juste de parler de musiques, avec un « s » ? Ben oui, il y a des quantités de musiques dans le monde ! Il y a celle qui est diffusée par la radio et qu’on écoute d’une oreille. Celle, énervante, qui déborde des écouteurs de notre voisin, dans le train. Et qui n’a déjà pas grand-chose à voir avec la première. Et pas non plus avec celle qui nous trotte dans la tête, sans qu’on sache trop pourquoi. Ou celle que nous chantait notre maman, ou notre grand-maman, ou on ne sait plus vraiment qui, quand on était petit. Celle qu’on va écouter au concert. Celle qu’on a choisie pour accompagner un événement important. Celle qui signale le début d’une émission, ou qui annonce la publicité, qui indique le passage d’un train ou le cours, la messe sur le point de commencer. Celle qui traverse les murs des différents... Suite

Système de supporters

21/04/2015 | Commentaires (0)

LUC-Lugano Tous supporters ? | L’autre jour je suis allé voir un match de volleyball. Pas que je m’intéresse particulièrement au volleyball, mais l’équipe de ma ville était en finale et avait une chance de gagner le championnat suisse… Alors, du coup, c’était un peu The Place to Be et je me suis laissé entraîner. J’ai d’abord eu du plaisir à découvrir ce sport, mais très vite, l’équipe que j’étais venu soutenir s’est mise à perdre, les gens autour de moi à s’agacer et même à devenir de mauvaise foi. Et moi tout d’un coup, je n’étais plus très à l’aise là au milieu. * Supporters R Petite méditation sur les supporters – et d’une manière générale sur le sport comme exutoire de forces surabondantes (pour ne pas dire dionysiaques) qui pour sûr pourraient être utilisées à mille et une autre fins plus constructives que celle de nous transformer en brutes épaisses. Quoi que nous fassions, on est toujours menacés d’être pris au piège d’un étonnant système qui cherche... Suite

Pensée ET songe

14/04/2015 | Commentaires (0)

gaston-bachelard Gilbert Pinna Bachelard | La philosophie traditionnelle s’occupe traditionnellement de l’homme qui pense, comme si l’homme trouvait toute sa substance, tout son être, dans la pensée. Il semble que la fonction dominante de la philosophie soit alors en quelque sorte de… repenser la pensée. Tout à sa fonction dominante de concentrer les lumières sur ce sommet de l’être qu’est la pensée, la philosophie oublie souvent qu’avant la pensée il y a le songe, qu’avant les idées claires et stables, il y a les images qui brillent et qui passent. Pris dans son intégralité, l’homme est un être qui non seulement pense, mais qui d’abord imagine. Un être qui, éveillé, est assailli par un monde d’images précises ; et qui, endormi, rêve dans une pénombre où se meuvent des formes inachevées, des formes qui se déplacent sans lois, des formes qui se déforment sans fin. Pour une détermination complète de l’être humain, il faut donc faire le total d’un être nocturne et d’un être diurne. Il faut... Suite

Etel Adnan : tout est création

12/04/2015 | Commentaires (0)

SONY DSC Dans l’émission HORS-CHAMPS du 10 avril sur France Culture, Laure Adler s’est entretenue avec Etel Adnan, artiste américano-libanaise touche-à-tout. Née en 1925 à Beyrouth, elle a vécu près d’un demi-siècle en Californie, avant de s’installer à Paris. Elle peint, compose et écrit en français, en anglais et en arabe. Elle parle de la vie comme création, comme continuum de créations. Après audition d’une archive INA où Gaston Bachelard parle de l’oubli par la philosophie de la nuit, du songe, de l’imagination au profit de la pensée claire et distincte du jour, Laure Adler interroge Etel Adnan à propos de l’importance pour elle du songe comme territoire de création. Etel Adnan avec Laure Adler Laure Adler : Est-ce que vous, vous faites appel à vos rêves, à ce qui peut se passer à votre insu ? Etel Adnan : Oui, à mon insu, peut-être… Mais moi je crois que tout est création. La vie est création. On appelle ça penser, parce que c’est plus ciblé que la communication, quand... Suite

Top Chef

07/04/2015 | Commentaires (3)

Top Chef Net Top Chef Q « Top Chef », vous connaissez ? Vous savez, c’est cette émission de cuisine de M6, diffusée sur plusieurs mois d’affilée, le soir, une fois par semaine. Au début, il y a de nombreux candidats qui s’affrontent dans une cuisine, ou dans une cuisine sur un train, ou dans une cuisine en plein air, avec des aliments donnés, des plats obligés. Et, au fil des semaines, les candidats se font éliminer jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un : le vainqueur, le top du top des chefs. Eh bien moi, « Top Chef », ça m’énerve. Parce que j’ai l’impression que tout est mis en scène : que tout y est téléguidé, trop bien, trop beau, trop drôle, trop pathétique, comme déterminé par avance, bref que tout y est… faux. * Top Chef R Ah, ma chère Ariane, je te reconnais bien. Toi, ce que tu aimes, c’est la réalité : la vraie vie ici et maintenant, avec ses mystères, ses zones d’ombre, sa complexité, son côté labyrinthique. Et non... Suite

Big Eyes

31/03/2015 | Commentaires (1)

Big Eyes net Big Eyes QLa critique n’a pas aimé Big Eyes, le dernier film de Tim Burton (USA), qui rejoue la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. Ça se passe entre la fin des années 50 et le début des années 60. Le peintre Walter Keane (l’agité Christoph Waltz) connaît un succès phénoménal et révolutionne le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux qui représentent des enfants tristes, avec des yeux immenses. Mais voilà que la vérité éclate au grand jour : ce n’est pas Walter Keane qui peint ses toiles, mais… sa femme, Margaret (la docile Amy Adams). La critique est unanime : Big Eyes est en même temps trop académique, léché et superficiel, mais encore déséquilibré et ambigu. Trop simple et trop compliqué à la fois. Donc on y comprend rien : ni au mystère de la création, ni aux grands yeux, ni au succès des tableaux, ni au personnage de Margaret. Pourquoi ? Parce... Suite

Qu’est-ce qu’on cherche, au juste ?

24/03/2015 | Commentaires (0)

Richard III On cherche quoi QEn lisant les journaux de ces derniers jours, j’ai appris que les Espagnols ont découvert la tombe, le cercueil et les ossements de Miguel de Cervantès – connu de tous, au moins comme nom accompagnant Don Quichotte, son cheval, son épée et son serviteur Sancho Panza sur les chemins de l’Espagne. Les Anglais, eux, ont retrouvé où Richard III repose, vous savez, le roi noirci par Shakespeare dans sa pièce homonyme, à propos duquel il est non seulement question d’un cheval, mais aussi d’un royaume. Et quelque chose me dit qu’on est déjà sur les traces de l’arbalète de Guillaume Tell. Tout ça est « sensationnel », comme disent les journalistes. Sauf que… tout ne peut évidemment pas être prouvé à 100%, que certains points restent obscurs. Alors on cherche et cherche encore, toujours plus. Mais… on cherche quoi, à la fin ? * On cherche quoi RAh ma chère Ariane, tu me demandes ce qu’on cherche en exhumant, décortiquant et analysant les... Suite

Eclipse de soleil

22/03/2015 | Commentaires (0)

TINTIN L’éclipse de soleil ? Tout bon lecteur de Tintin connaît le phénomène. Oui, c’est grâce à une éclipse de soleil, ou plutôt grâce à la lecture d’un bout de journal annonçant une éclipse de soleil, que le jeune et brillant journaliste Tintin arrive à sauver sa tête ainsi que celle de ses inséparables compagnons. On se le rappelle : Tintin, le Capitaine Haddock et le Professeur Tournesol – sans parler de Milou, toujours en train de frétiller de la queue à côté de son maître – se trouvent dans une situation des plus périlleuses, sur un bûcher, au fin-fond du Pérou, à la merci d’exotiques incas sur le point de les sacrifier à leur dieu Soleil. Et voilà que, au moment M, exactement au moment M, le malin Tintin, sur le bûcher, alors que tout semble perdu, s’adresse au soleil et lui demande de se manifester en sa faveur. Et voilà que le soleil s’assombrit et que la nuit tombe. En plein jour.... Suite

L’arc et la lyre

17/03/2015 | Commentaires (1)

arc et lyre Arc et lyre QEn me baladant sur le site, je pense souvent à une phrase d’un très vieil ami grec, originaire d’Ephèse, du nom d’Héraclite – Héraclite l’Obscur, comme certains disent, tant ce qu’il raconte va à l’encontre de la pensée courante, qui aime la clarté et la précision. Voici ce qu’il dit : « Ils ne comprennent pas comme ce qui est différent est homologue à soi-même : accord de tension inverse comme dans l’arc et la lyre / οὐ ξυνιᾶσιν ὅκως διαφερόμενον ἑωυτῶι ὁμολογέει• παλίντροπος ἁρμονίη ὅκωσπερ τόξου καὶ λύρης. » (Fgt. 51). Cette phrase, on raconte qu’Héraclite l’a proférée après avoir parlé à des hommes sages et à d’autres pas sages. Les premiers, vous savez, curieux, à l’écoute de ce qui se passe, du monde, de la vie, de leurs mystères. Et les autres au contraire repliés sur eux-mêmes : secs, fermés, sans écoute pour les choses, si ce n’est pour leur petite raison et personne, sans intelligence de vie. Or... Suite

Tension

15/03/2015 | Commentaires (3)

gros_ressort_rouille Tout, dans la vie, est affaire de tension, de gestion des tensions. A l’interne comme à l’externe. Tension des cellules. Tension des muscles. Tensions au sein des organes, des organismes. Au sein d’un couple, des groupes humains, des cultures. La tension, c’est la vie. L’absence de tension, la mort. Bien sûr, la tension peut aller dans le sens de la crispation, de l’énervement, du stress. Mais si la tension diminue, il ne se passe plus grand-chose, voilà que règnent l’ennui et la mort. S’il n’y a plus d’interaction, de tiraillement, tout se relâche, devient mou, se ratatine, et finit par disparaître. Si ça tire et tend trop fort, ça se met à coincer, ça devient raide, se bloque, jusqu’à la rupture et à l’éclatement. Comme la corde d’un arc, comme un ressort. Il en est ainsi de tout phénomène vivant : la moindre cellule, le moindre muscle, le moindre organe, le moindre organisme est toujours marqué par quantité de tensions. Toujours contraint par des... Suite

L’anglais : langue véhiculaire

10/03/2015 | Commentaires (0)

Langue véhic L’anglais QMoi, ce week-end, je suis allée visiter un pays dont les habitants parlent une langue très différente de la mienne, langue que je ne comprends pas. Je ne me faisais pas de souci pour autant. Aujourd’hui, avec l’anglais, on se débrouille partout ; tout le monde peut se parler et se comprendre. Sauf que – je ne sais pas si cela vous est déjà arrivé, mais en tout cas, pour moi, ce week-end, ça a été comme ça – l’anglais ne m’a pas vraiment aidé. Pour commander une bière et trouver les toilettes, oui. Mais pas pour partager les mille et une choses que nous avions pour sûr à nous raconter. * L’anglais RAh ma chère Ariane, je te reconnais bien : où que tu sois, tu veux toujours partager mille et une choses. Impossible de te contenter de simples frôlements ou autres regards. Les échanges factuels, superficiels, ambigus, tout comme le baragouinage utilitaire ne te suffisent en aucune façon. Tu en veux... Suite

Lutte vers l’excellence

08/03/2015 | Commentaires (0)

Lutter c Qu’importe qu’on fasse de la course ou tout autre chose, si on est athlète, on est toujours en lutte vers l’excellence. Avec et contre le chrono. Avec et contre soi-même. Pour connaître et dépasser ses limites. Exemple de Lea Sprunger (400 m) aux CE indoor à Prague (CZE). Se préparer pour le jour J. Tout un automne. Et tout un hiver. Enchaîner les entraînements, jour après jour, semaine après semaine. En Suisse et à l’étranger. Travailler sa force, sa vitesse, sa résistance, son endurance. Toujours et encore. Sans compter les massages, la physio. Sans négliger la nourriture, la récupération et mille autres choses insoupçonnées. Faire attention à tout. Pour faire tout juste. Sans arrêt. Puis voilà que la saison commence, enfin. Et ce n’est pas qu’une partie de plaisir : enchaîner les courses, en plus des entraînements. Compétitions de préparation, en essayant différentes choses. Là aussi pour apprendre à faire tout juste. Y compris aux Championnats nationaux, qui sont le grand but de... Suite

Beaux métiers

03/03/2015 | Commentaires (3)

mains-metiers2 Beaux metiers QL’autre jour au Café, j’ai entendu une dame s’exclamer : « Ah quel beau métier ! » Et je me suis demandé : y-a-t-il des beaux métiers et des pas beaux métiers ? Peut-on trouver sa place dans ce monde quoi que l’on choisisse de faire ? Peut-on exercer un « beau métier » et participer à la bonne marche du monde peu importe que l’on soit médecin, enseignant, prof d’auto-école, boulanger, notaire, journaliste, secrétaire ou encore agent immobilier, courtier en assurances ou chasseur de têtes ? * Beaux metiers RAh, réponse facile ! Aux trois questions, je réponds « oui » : « oui » à la première, « oui » à la deuxième, et encore une fois « oui » à la troisième ! Allez qu’on se le dise : vive la phusis et à bientôt ! Ou est-ce que les choses sont plus compliquées que ça ? Est-ce qu’on peut vraiment répondre comme ça, juste par « oui », ou par « non », aux vraies questions, non seulement matérielles et objectives ? Non, pour les choses de la vie, l’opposition « oui-non », ne marche tout simplement pas.... Suite

Être un écho

01/03/2015 | Commentaires (1)

La-montagne-Sainte-Victoire-au-grand-pin-300x222 Comment faire goûter comme éternelle la nature en perpétuel mouvement ? Telle est la question du grand peintre. Réponse de Cézanne : en rassemblant, reflétant, touche par touche, ce qui se donne ; en projetant et fixant, dans un même élan, ce qui s’éparpille, se disperse. Dans un même mouvement, une même foi, celle de la vie artistique, en même temps humaine et divine. Pas la moindre maille doit être trop lâche, pas le moindre trou ne doit exister, par où l’émotion, la lumière, la densité, la vérité pourrait s’échapper. Et, dans le processus de révélation et de production, il est important de ne jamais faire intervenir la volonté, la pensée, la raison. Pourquoi ? Pour ne pas y laisser entrer sa petitesse. L’artiste n’est qu’un réceptacle de sensations, un appareil enregistreur, fragile, compliqué. Sa seule tâche est de traduire, de transmettre, d’être un écho parfait. C’est vrai pour le peintre, et c’est vrai pour tout être humain. Visualisons :CeZanne-Gasquet Devant nous, au soleil virgilien, la montagne Sainte-Victoire, immense,... Suite

Comment traduire ?

24/02/2015 | Commentaires (2)

Dialogue Comment traduire QJe passe une grande partie de mon temps à traduire des textes, d’une langue à une autre et à une autre encore. A chaque fois, je dois me rendre à l’évidence que les termes les plus intéressants, les termes les plus riches, ceux qui ne sont pas juste factuels, sont toujours extrêmement difficiles à traduire. Parce que chacun fait partie d’une culture, d’une famille, avec son histoire, ses emplois. Mais, comme on ne peut pas les laisser tel quel, comment faire pour les faire résonner au mieux, sans trop les déformer ? * Comment traduire RComment traduire les mots qui dépassent la seule dimension pragmatique du langage ? Comment faire entendre l’arrière-fond des choses ? L’esprit qui les sous-tend ? Comment exprimer le fonds d’évidence dont la vie émerge ? On a beau essayer de nous faire croire le contraire, on le sent bien : les mots n’ont pas qu’une dimension utilitaire, ne sont pas de simples outils d’information et de communication. Oui, loin de seulement déterminer,... Suite

Le monde, moi

22/02/2015 | Commentaires (0)

ob_3e9c566a3809651c3166509dd6f518e4_p1110503 Tout, ou presque, aujourd’hui, nous pousse à être centrés sur nous-mêmes. Ou plutôt sur l’image, l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes. Et sur les possibilités qui s’ouvrent à nous à partir de cette image ou idée. Ce qui nous entoure nous apparaît volontiers comme un étalage d’objets potentiellement à notre disposition : des objets d’usage, de manipulation et de consommation, présents pour une possible acquisition et satisfaction. Sauf s’ils se trouvent liés à un interdit ou à un tabou, ou s’ils impliquent un coût trop élevé ; auquel cas nous y renonçons. Occupés que nous sommes à consolider notre image et nos idées et à découvrir ce qui pourrait nous satisfaire, nous permettre d’augmenter notre puissance, nous ne cherchons pas tant à expérimenter notre existence, à nous connaître, nous dévoiler, nous reconnaître dans la vie, les autres et le monde, qu’à nous montrer forts, nous rassurer et nous faire plaisir. Loin de nous ouvrir à ce qui nous entoure, de partager ce qui... Suite

Saint-Valentin

17/02/2015 | Commentaires (0)

images Saint-Valentin QSamedi, c’était le 14 février, jour de la Saint-Valentin. L’occasion pour moi de pouvoir célébrer et prouver à ma copine tout l’amour que je lui porte. Cependant, l’année passée, nous nous étions alors interrogés sur la signification et l’utilité de cette fête. Peut-être pourriez-vous nous éclairer. Déjà pourquoi devons-nous fêter les amoureux le 14 février ? * Saint-Valentin RAh, l’amour ! Si je peux me permettre de commencer par quelques commentaires, je dirais d’abord que c’est une grande chance de pouvoir célébrer et prouver son amour. Si possible évidemment pas seulement avec des cœurs en chocolats et des roses rouges. Ensuite que c’est une belle chance aussi de pouvoir partager ses interrogations avec la personne qu’on aime. D’autant plus sur les questions liées à l’amour, justement. Même si ce n’est visiblement pas le cas chaque année pour tout le monde… La question est donc de savoir quelle est la signification et l’utilité de la Saint-Valentin. Pourquoi doit-on fêter l’amour le 14 février ? Et quel... Suite

Championnats du monde de ski… alpin

10/02/2015 | Commentaires (0)

Ski alpin Ski alpin QCes derniers jours, je n’ai pas manqué de regarder la télévision, de tenir les pouces à Lara Gut, de trinquer avec Patrick Küng, de me moquer, un peu, gentiment, de Didier Défago et de quelques autres. Ben oui, ces jours, il y a les Championnats du monde de ski à Vail /Beaver Creek, en Amérique. Ou, comme le disent les journalistes, pour le coup plus exacts que moi, les Championnats du monde de ski alpin. Mais… des Championnats du monde de ski alpin ? Il n’y a pas là quelque chose qui cloche ? * Ski alpin R2Ah ma chère Ariane, je reconnais tes petites oreilles. Oui, il y a quelque chose qui cloche dans le fait qu’il y ait des Championnats du monde de ski… alpin qui se déroulent aux Etats-Unis. Comme il y aurait quelque chose qui cloche si les Championnats du monde de ski… alpin avaient lieu dans les Pyrénées, dans les Andes, dans l’Himalaya, les Rocheuses, ou je... Suite

Polythéisme, monothéisme et universalisme

08/02/2015 | Commentaires (0)

509px-Transfiguration_Raphael Contrairement à notre monde empreint d’athéisme, la Grèce ancienne est résolument polythéiste. Loin de notre vision pragmatique des choses, de nos structures, processus et autres systèmes rationnels de pensée, c’est, chez les Grecs, toute une série de divinités qui se charge des multiples domaines et tâches de la vie. Si chaque dieu est caractérisé par un certain nombre de qualités, d’attributs et de capacités propres, qui sont autant de possibilités et d’expressions de l’existence, tous forment à la fois un ensemble exemplaire, fait de recoupement et de résonnances multiples. Les dieux composent une grande famille, à la fois sérieuse et joyeuse, qui évolue et se modifie au gré du temps, des besoins et des sensibilités de chacun, avec pour enjeu d’éduquer et de guider les hommes dans leur existence. Aussi diverses qu’elles soient, toutes les divinités expriment et ouvrent à la même vie tragique ici et maintenant, qui apparaît comme un mystérieux et surpuissant alliage de clarté et d’obscurité, d’amour et... Suite

Meilleur quand ça ne compte pas

03/02/2015 | Commentaires (1)

Eléphant Meilleur quand ca ne compte pas QJe ne sais pas vous, mais moi, avec les gens, parfois j’ai une impression bizarre. L’impression que si je n’en fais pas trop, si je ne m’implique pas, si je reste à distance, sans prendre de risque, sans que ça ne compte trop, tout se passe au mieux et on me trouve même parfois super. Alors que quand ça compte vraiment, par exemple avec des gens que j’aime, ou avec qui j’ai envie de faire particulièrement bonne figure, quand je prends des risques, quand je me donne à fond, tout semble tout d’un coup beaucoup plus compliqué. Non seulement j’ai l’impression qu’on ne me comprend pas bien, mais en plus je ne sais plus très bien ce que je fais, comment je le fais, ce que je devrais faire. Je deviens plus maladroit et tout marche beaucoup moins bien. Ça vous est aussi arrivé de remarquer ça ? * Meilleur quand ca ne compte pas ROui, c’est... Suite

Branché, à la mode, chic

27/01/2015 | Commentaires (2)

bar Branche, mode, chic QL’autre jour, en sortie de fin de semaine, je me suis retrouvée avec des gens qui se sont presque battus pour savoir si on était dans un endroit « branché », un endroit « à la mode » ou un endroit « chic ». Bon, vous me direz, ce n’est pas la question la plus importante du monde. Mais voilà, comme moi je cherche toujours à être avisée, aussi dans mon expression, et que je sais que PHUSIS a réponse à tout, je vous demande : quelle(s) différence(s) y a-t-il entre ces trois mots, entre branché, à la mode et chic ? * Branche, mode, chic RTrois choses pour commencer : d’abord non, PHUSIS n’a pas réponse à tout. Ensuite, que ce soit clair : en cas d’incertitude vis-à-vis de mots, de leur sens, de leur emploi, il s’agit de consulter une des nombreuses belles inventions de notre tradition : les dictionnaires. Ils répertorient et définissent en effet en toute précision tous les mots de notre langue. Et permettent ainsi à tout... Suite

Vecteurs (suite)

25/01/2015 | Commentaires (0)

Wassily_Kandinsky_-_Impression_III_(Concert)_-_Google_Art_Project Alors que la tendance est de croire que l’homme est capable, par son intelligence, sa logique, sa raison, de comprendre, maîtriser, et organiser les choses à sa guise, on a tôt fait d’être confronté à nos limites. Même si on est en mesure de parer à bon nombre de dangers, de réaliser quantité d’idées et de fantasmes, il nous manque toujours quelque chose, il y a, dans notre existence, toujours de nouveau quelque chose qui coince. Faut-il s’y résigner ? Accepter la situation ? S’en faire une raison ? Juste faire en sorte que ce ne soit pas la catastrophe, au moins pour nous et nos proches ? Ou y a-t-il d’autres possibilités ? De meilleures manières de faire ? Et si on freinait le rythme, si on levait la tête, tendait l’oreille, s’élevait au-dessus – et se plongeait en-dessous – de sa petite personne et de ses petits intérêts propres ? Peut-être qu’on se rendrait alors compte qu’il existe des forces cachées, des puissances mystérieuses, douées d’une intelligence, d’une... Suite

Que fait la BNS ?

20/01/2015 | Commentaires (2)

201201_04_Bonanomi_01.eps BNS QQuelques banquiers dans un bureau décident quelque chose, et bim l’euro coute moins cher, le franc suisse plus cher, plein de monde panique et c’est la catastrophe, ou alors c’est bien pratique pour réserver ses vacances pour pas cher, ou alors les deux à la fois. Ou alors je n’ai pas bien compris. C’est quand même fou non ? Vous en pensez quoi vous ? * BNS RLe plus fou, c’est que tout le monde en parle, de cette histoire. Que ça fait jaser. Et que ça diffuse partout, dans les médias, dans les cafés de commerce, jusque sur PHUSIS.ch ! Vous voulez savoir ce qu’on pense du coup de Jarnac de la BNS ? Pour sûr que notre réponse va en étonner plus d’un, dont ceux qui croient qu’on a un avis sur tout. Eh bien non, vous allez être déçus, ou rassurés, c’est selon : PHUSIS n’a ni la science infuse ni un avis tranché sur tout. Si on a toujours quelque chose à dire, ce n’est... Suite

Tous idéologues ?

13/01/2015 | Commentaires (2)

TOPSHOTS-FRANCE-ATTACKS-CHARLIE-HEBDO-DEMO Tous ideologues QQuestion en rapport avec le dernier article posté sur ce site : celui en lien avec les attentats contre Charlie Hebdo. Si j’ai bien lu et bien compris, vous y affirmez que nous sommes tous des idiots. Tous : journalistes, gamins irresponsables, fous pris de folie meurtrière ou même simple témoins, passifs mais malgré tout pris par tout ça. Que nous sommes tous des idiots et au fond les mêmes idiots. Que nous sommes des idiots parce que nous nous laissons guider sans réfléchir par une idéologie. Mais de quelle idéologie parlez-vous ? Moi, par exemple, je n’ai pas l’impression que les journalistes, ou au moins les bons journalistes, sont marqués par une idéologie. Ils essaient simplement d’être critiques et de rester logiques, justement dans le but de dévoiler la vérité en dehors de toute idéologie, non ? * Tous ideologues ROui, bonne lecture ! Nous sommes tous des idiots, prisonniers de la même idéologie. On a beau prétendre le contraire – d’ailleurs, c’est fou, tout... Suite

Affaire d’idiots

11/01/2015 | Commentaires (8)

JE SUIS IDIOT Comme tout le monde, l’attentat contre Charlie Hebdo nous a choqués, dépités, attristés. Longtemps, nous sommes restés sans mots, et donc sans pensée. Puis, heureusement, les mots, la pensée sont revenus. Heureusement, parce que s’il n’y a plus de mots, plus de pensée, il n’y a plus que de la chair, et des réactions automatiques, ce qui n’est pas assez, si on veut être des hommes. Etre des hommes, mais pas sur le mode de la brute épaisse (les frères Kouachi), du gamin adepte de la déconne (Cabu, Charb, Wolinski, etc.), ou encore du savant (les journalistes et autres intellectuels). Très vite, les mots se sont mis à dire que l’attentat de Charlie Hebdo était le pire qui ait pu arriver. Attention : non pas, comme on nous le ressasse sans fin, parce qu’il a eu pour cible la rédaction d’un journal, parce qu’on s’est attaqué à la liberté d’expression et aux valeurs de la démocratie. Mais parce qu’il a été l’œuvre d’idiots,... Suite

Météo bizarre

06/01/2015 | Commentaires (2)

NEIGE Meteo bizarre QC’est quand même pas possible ce temps ! On ne sait pas si on est en été ou hiver. Et si au moins il faisait beau et chaud ça irait encore, mais non : un jour il fait chaud, le lendemain froid, il pleut, il neige, il y a du soleil. On n’y comprend plus rien. Impossible de profiter correctement de la saison de ski ni de faire quoi que ce soit d’autre. On a beau dire, il y a quand même un problème climatique. Alors selon vous, c’est parce qu’on ne fait pas assez attention à l’écologie ? * Meteo bizarre RLa météo, le temps qu’il fait : notre sujet de conversation préféré à tous ! Un des seuls sujets dont on peut parler sans avoir peur de se tromper, où on peut dire à peu près tout et n’importe quoi sans risquer de passer pour un con : qu’il fait trop chaud ou trop froid, que rien n’est plus comme avant, que les prévisions... Suite

Le vin : de la technique à la vie

25/11/2013 | Commentaires (0)

Pergola égyptienne TOUT LE MONDE LE SAIT : le vin est un produit que réalise l’homme à partir de ce phénomène de la vie qu’est la vigne. Grâce à sa sensibilité, son savoir-faire et capacités techniques, l’être humain est en mesure de cultiver la vigne, de récolter le raisin, le presser, faire fermenter le moût obtenu, et finalement élever le vin qui en résulte jusqu’à maturité. S’il est bien fait, le vin est beaucoup plus qu’un produit de la seule technique humaine. Il est en même temps un prolongement et une expression particulièrement intense et riche des mystérieuses forces de vie qui traversent tout phénomène vivant, nous-mêmes y compris. Si, dans son travail, le vigneron ne se contente pas de fabriquer son vin en appliquant recettes et trucs tout fait (savoir-faire technique), s’il ne cherche pas simplement à réaliser l’idée qu’il se fait de son vin, s’il met tout en œuvre pour se mettre à l’écoute et accompagner activement sa vigne, son raisin et finalement... Suite

Que faire face à une œuvre d’art ?

01/05/2010 | Commentaires (0)

Vous ne savez pas quoi faire en face des œuvres d’art ? Commencez par chercher à vous unir à elle, vous fondre en elle, vous confondre avec elle, l’incorporer, pour l’expérimenter au mieux. Puis laissez jaillir à votre guise les lumières, les ombres, les sons, les sensations qu’elle génère. En présence d’un public intéressé, intelligent, on est souvent contraint de dire des choses cohérentes, raisonnées. Le document ci-dessous vise à donner quelques trucs pour réussir une explication d’œuvre d’art. Prévue pour des textes, elle est utilisable pour tout type d’œuvre. C’est l’ancien prof de gymnase qui vous la propose. 1. Introduction a)     Présentation générale : dire éventuellement quelques mots de l’auteur, en attirant l’attention sur les événements biographiques et bibliographiques qui pourraient être en rapport avec (la partie de) l’œuvre en question. Ne pas manquer d’indiquer en outre, si possible, à quelle « école », à quel mouvement il se rattache. Erudition. b)     Situation de l’œuvre dans son contexte : résumer ce qui (la) précède, en... Suite