Amour, amour, amour…

16 mai 2012 | Commentaires (0) | Chroniques, Ludo et Bboul, Pensées phusiques

L’AMOUR, C’EST APPAREMMENT TOUTE UNE HISTOIRE. Après être resté seul à la maison parce que ses parents sont sortis « en amoureux », Bboul parle d’amour avec Ludo.

*

Bbouludo Amour

– Hier soir je suis resté tout seul à la maison, parce que mes parents sont sortis « en amoureux ».

– « En amoureux » ? Ça veut dire quoi ça ?

– Je ne sais pas du tout, c’est mon papa qui a dit ça. Et quand il l’a dit, il avait son sourire bizarre, le sourire qu’il fait quand il veut cacher quelque chose.

– Et alors t’as découvert ce qu’il cherchait à te cacher ?

– Non pas vraiment, mais ce qui est sûr, c’est que pour mes parents cette sortie « en amoureux » ça avait l’air d’être toute une histoire.

– Toute une histoire ?

– Et bien premièrement, maman s’était faite toute jolie : elle a mis beaucoup de temps à se préparer ; et quand elle est sortie de sa chambre, elle avait mis sa belle robe rouge ; elle a couru à la salle de bain, où elle s’est mis le parfum que papa lui a offert pour son anniversaire et que je n’aime pas du tout, parce qu’il sent beaucoup trop fort et pas du tout ma maman. Mon papa aussi s’est donné de la peine : pour une fois, il n’a pas crié quand maman lui a dit de vite repasser à la salle de bain; d’ailleurs, j’ai vu qu’il s’est même mis discrètement un peu de deo sous les bras quand il est sorti de la douche ; et ça il ne le fait que pour les grandes occasions, pour faire plaisir à maman qui adore visiblement qu’il sente le produit de douche et le déo.

– Euh, oui bon, et pourquoi elle devrait m’intéresser ton histoire ?

– J’ai cru que tu voulais comprendre ce que voulait dire sortir « en amoureux ».

– Oui bien sûr, c’est ce que je veux comprendre, mais je ne vois pas trop le rapport là, mais bon continue.

– Alors voilà, mes parents étaient enfin prêts… Ou presque : papa est encore vite allé chercher sa jolie montre et ma maman se remettre un peu de parfum. Puis ils m’ont crié d’être sage et de ne pas me coucher trop tard et sont sortis souper « en amoureux ». Et moi, je suis donc resté tout seul à la maison.

– Ah cool, et qu’est-ce que t’as fait pendant qu’ils étaient partis alors ?

– Je me suis ennuyé.

– Tu t’es ennuyé ? Mais on ne peut pas juste s’ennuyer, t’as bien fait quelque chose ?

– Oui c’est vrai, seul j’ai repensé à tout ça, comme je le fais souvent. J’ai laissé passer les images et les mots dans ma tête. J’ai essayé de comprendre un peu ce qui se passe autour de moi. Et en moi aussi. Quand je m’ennuie, il y a plein de choses qui me viennent comme ça.

– T’es bizarre quand même, moi quand mes parents ne sont pas là j’en profite à fond. Je fais tout ce que je n’ai pas le droit de faire quand ils sont là. Je joue à des jeux sur l’ordinateur ou je regarde la télé jusqu’à très tard dans la nuit. Je m’amuse quoi ; et en plus, ça empêche que je me prenne la tête, parce que ça c’est vraiment désagréable. Mais bon continue ton histoire, elle avait l’air intéressante.

– D’accord. Eh bien, à voir la tête de mon papa quand il m’a expliqué que je ne pouvais pas venir avec eux parce qu’ils sortaient « en amoureux », comment maman s’est préparée, et toute l’excitation que ça a provoqué, ça doit être quelque chose, l’amour.

– Et alors, tu leurs a pas demandé ce que c’était, l’amour ?

– Oui, quand je leur ai demandé, l’autre jour, ce que c’était que l’amour, ils m’ont dit que c’était ce qu’il ya de plus beau au monde, ils m’ont dit que c’était quelque chose de merveilleux qui se passe entre deux personnes ; quand on est amoureux, on est vraiment bien avec l’autre ; on a envie d’être tout le temps ensemble, on a envie de rigoler tout le temps, et de faire plein de choses ensemble.

– Et tu comprends ça toi ?

– Pas vraiment, surtout qu’après ils ont voulu me donner un exemple : « Comme toi avec Caroline, par exemple, ils ont dit ». « C’est ton amoureuse, Caroline, non ? »

– Ah bah oui, c’est vrai que tu l’aimes bien Caroline non ?

– Oui je l’aime bien, mais je n’ai quand même pas envie d’être tout le temps avec elle. Même si j’aime bien rigoler avec Caroline, il n’y a pas qu’avec Caroline que j’ai envie de faire des choses. Il aussi Florence, et aussi Alex et toi avec qui j’ai envie d’être. Avec Alex et toi, en fait on fait même plus de choses qu’avec Caroline. Avec vous, on peut passer des heures et des heures à construire des barrages ou à jouer à traverser la haie en bas de chez moi et à construire des trucs incroyables.

– Oui bon, je suis d’accord, mais alors je ne comprends toujours pas ce que c’est l’amour !

– Bah moi non plus, mais il parait que c’est normal, suite à mes explications, mes parents m’ont dit en riant que je devais encore être trop jeune pour savoir ce qu’est l’amour et que je verrais bien assez tôt.

– Oui mais alors, tes parents à toi, ils sont amoureux ? Parce que d’après ce que tu dis, je ne sais pas si mes parents à moi, ils sont vraiment amoureux eux.

– C’est exactement ce que je leur ai demandé après. Et leur réponse a été… spéciale : d’habitude c’est maman qui est la première à répondre à mes questions. Mais là, comme maman ne répondait pas, papa a pris le relais. Il a pris la même voix forte qu’il prend quand il parle à des étrangers pour se montrer sûr de lui. Et quand il prend cette voix, en général, c’est justement parce qu’il n’est pas très sûr de lui.

– Et alors ils sont amoureux ou pas?

– Il a haussé les sourcils et il a dit : « Mais oui, t’es idiot, bien sûr qu’on est amoureux ! Sinon, pourquoi on serait ensemble ? » Maman a alors dû voir que je trouvais papa bizarre, elle a ajouté, d’une voix toute douce : « Bien sûr mon chéri, pourquoi tu nous poses cette question ? » Ensuite c’était l’heure d’aller regarder le télé-journal. Alors je n’ai même pas eu le temps de répondre qu’ils étaient déjà assis devant la télé dans le salon ; papa sur son fauteuil, à sa place habituelle ; maman sur le canapé, près de la lampe pour lire en même temps un de ses magazines. Et moi je n’en sais toujours pas plus sur l’amour.

– Eh bien puisque tes parents disent qu’ils sont amoureux, c’est qu’ils le sont. Alors tu n’as qu’à les observer, et tu comprendras ce que c’est, l’amour !

– Oui justement, tu crois toi que « ce qu’il y a de plus beau au monde », c’est se dire des « mon chéri » par-ci et des « ma chérie » par là, et ne jamais être d’accord sur quoi que ce soit ? Rentrer à la maison, faire un bec sur la bouche et aller faire un truc dans son coin ? Se plaindre tous les matins qu’on n’a pas dormi parce que l’autre ronfle ? Se prendre la main quand il y a des gens qui nous regardent ? Ou alors aller manger ensemble une fois chaque mille ans, juste les deux, « en amoureux » comme a dit papa avec son drôle de sourire.

– Oui peut-être que c’est ça finalement, l’amour…

– Moi en tous cas j’ai de la peine à y croire.

*

Si la question de l’amour vous intéresse, vous trouverez ici quelques traces en direction de l’amour phusique.

Si vous vous voulez lire ou entendre une autre histoire de Bboul et Ludo, vous la trouverez là.

Et si vous aimez tout simplement les chroniques phusiques, pas de problème, elles sont cachées là.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Amour, amour, amour… at Michel Herren.

meta