Quand le corps se rebelle

26 janvier 2016 | Commentaires (1) | Pensées athlétiques

PENSÉE ATHLÉTIQUE | Les pauses sportives et fins de carrière ne vont pas sans difficultés. Non seulement pour la tête, mais aussi pour le corps. Le 18 janvier dernier, dans la troisième partie du Sportlounge du lundi soir sur SRF, les deux « jeunes » champions retraités du sport d’élite Viktor Röthlin (41 ans/détenteur du record suisse du marathon en 2h07’03) et le gymnaste Lucas Fischer (25 ans) ont raconté leurs problèmes liés au manque d’entraînement.

Après 20 ans de vie consacrée au sport, avec plus de 30 heures d’entraînement hebdomadaire, Lucas Fischer a dû, du jour au lendemain, jeter l’éponge en raison de problèmes physiques. Arrêt net : virage à 180 degrés, avec pour conséquence que son corps se trouve « complètement perturbé, tout comme la tête », souffle Fischer perplexe, de sa voix douce. « Mon sommeil est totalement chahuté », dit-il, triste. Avant d’avouer qu’il a de la peine à s’en sortir, à trouver un chemin et finalement « que ce n’est vraiment pas simple du tout ».

Suite à sa retraite, l’ancienne star de l’athlétisme suisse Viktor Röthlin est passée de 25 heures d’entraînement par semaine à 3 ou 4, comme un sportif populaire. Là aussi, un changement qui n’a pas été sans conflits : certains matins, il se réveillait avec des jambes affreusement courbaturées, « comme après un terrible entraînement, alors que je n’avais pas couru du tout », raconte Röthlin désarmé.

Syndrome de décharge
Les médecins parlent de « Syndrome de décharge ». Il se traduit par quantité de troubles, qui surviennent volontiers aussi durant les pauses prolongées : grande fatigue, état dépressif, insomnie, difficultés circulatoires, maux de têtes, douleurs musculaires, etc. Bien connu par le petit monde du sport, le sujet demeure pourtant inexploré. Les conseils pour y faire face sont rares. « Par manque d’intérêt économique », avance Röthlin.

Absence de soutien
Dans l’émission, les deux anciens sportifs critiquent l’absence de soutien de la part des fédérations sportives. Questionnées sur le sujet, Swiss Olympic, l’Office fédéral du Sport (OFSPO), la Fédération suisse de gymnastique et Swiss Athletics semblent bien démunis en la matière. Tellement qu’ils ont préféré ne pas prendre position.

Patrick Noak, un des médecins de Swiss Athletics, est autocritique : la Fédération et les médecins de fédérations devraient s’occuper de la santé des athlètes aussi après leur carrière. Les témoignages de Fischer et de Röthlin lui apparaissent comme autant d’occasions pour les fédérations de changer les choses : pour permettre à nos stars de retrouver une place et un équilibre ici-bas suite à leur carrière.

Pour l’heure, tout ce que Noak peut donner comme conseil pour amoindrir les effets du syndrome de décharge est de ne pas s’arrêter du jour au lendemain et de baisser progressivement la quantité et les charges d’entraînement.

Commentaire : question d’équilibre
Pour pouvoir encaisser, digérer et enchaîner les grosses charges d’entraînement exigées par le sport de haut niveau, le corps et l’esprit du sportif sont amenés à produire quantité d’automatismes et de substances lui permettant de trouver l’équilibre. Equilibre d’autant plus précaire que la discipline sportive est exigeante et que le niveau de l’athlète est élevé. Equilibre brutalement rompu quand le sportif cesse du jour au lendemain son activité : le corps se révolte, l’esprit se trouve perdu.

L’enjeu est alors de gagner – dans les meilleurs délais et les meilleures conditions possibles – un nouvel équilibre. Pour ce faire, plus que des brochures et des conseils d’après-carrière, c’est une vision du monde saine et harmonieuse pendant la pratique qui semble de mise. De sorte que la volonté et les sens de l’athlète ne soient pas aliénés au point de perdre contact avec la réalité de la vie quotidienne ; de sorte que la star ne cherche pas seulement à briller là-haut, dans le ciel, mais garde un ferme contact avec sa ressource physique, terrestre.

Lien vers la vidéo (début à 13’34 et fin à 24’38) : http://www.srf.ch/sendungen/sportlounge/marc-berthod-das-leise-comeback

Une réponse à “Quand le corps se rebelle”

What's this?

You are currently reading Quand le corps se rebelle at Michel Herren.

meta