L’athlétisme, les diamants et nous

7 juillet 2010 | Commentaires (1) | Arts de la scène

Diamond League-Guillaume

Chronique de Guillaume Laurent

Comme chaque année, en juillet, se déroule à Lausanne ATHLETISSIMA : le meeting de tous les superlatifs. Meeting désormais fièrement membre de la prestigieuse Diamond League.

Comme chaque année, les gentils organisateurs sont obligés de mettre le paquet pour faire venir les meilleurs athlètes du monde sur le Stade olympique de la Pontaise.

Comme chaque année, ça leur coûte très cher. Donc ils sont obligés de faire venir beaucoup de personnes très importantes et très riches, d’accord de mettre le paquet pour être elles aussi dans le Stade olympique de la Pontaise.

Comme cette année, le meeting est désormais fièrement membre de la prestigieuse Diamond League, il faut qu’il y ait plus de personnes très importantes et très riches qui mettent un plus gros paquet encore que les autres années. Ce qui n’est pas sans conséquences.

Pour que de plus en plus de personnes très importantes et très riches soient d’accord de mettre un plus gros paquet encore que ces dernières années, il faut que les gentils organisateurs fassent briller le stade comme un diamant et offrent aux personnes très importantes et très riches de brillantes prestations : une plateforme en diamant, des petits-fours servis sur des plateaux de diamant, des flûtes de champagne dans des verres en diamant, etc. Bref : tout le stade ne doit être plus qu’un immense diamant. Sinon les personnes très importantes et très riches ne viendraient tout simplement pas.

Cette année, il y en a tellement, de personnes très importantes et très riches, qu’il n’y a quasi plus de places dans le stade pour les personnes pas du tout importantes et pas du tout riches qui simplement aiment l’athlétisme et veulent venir dans le stade pour mettre l’ambiance.

Vivent les diamants !

Une réponse à “L’athlétisme, les diamants et nous”

  • Romanysos dit :

    Le fait est que de la place, il y en aura toujours assez pour tous (le jour où le stade sera complètement plein n’est pas encore venu). Ce dont il manque par contre cruellement, c’est de place pour les athlètes – autres qu’Usain Bolt. Il manque de place pour l’athlétisme, tout simplement, le vrai, pas celui voulu par des organisateurs cupides et stupides.

  • Vos commentaires

What's this?

You are currently reading L’athlétisme, les diamants et nous at Michel Herren.

meta