Pensées athlétiques

EN TANT QUE TRADUCTEUR ET RÉDACTEUR du Swiss Athletics Magazine – le magazine de la Fédération suisse d’athlétisme, mon cher employeur –, j’ai droit à une chronique. Quatre fois par année, je compose une pensée athlétique.

Le but de mes rubriques est d’être le moins factuel possible. Qu’on arrête deux secondes avec les annonces, les résultats, les gens, les blablabla, etc. pour entendre une autre musique athlétique. Une sorte d’athlétisme de l’esprit. Et hop, qu’on s’élève un chouia au-dessus. Et hop hop, qu’on plonge un tantinet sous les simples faits. Et hop hop hop, qu’on se mette à penser l’athlétisme. Et pas seulement l’athlétisme.

Qu’on se mette à penser le sport et le monde en ce qu’ils sont, en ce qui les distinguent, souvent inconsciemment, dans notre cœur et dans notre corps. Patio in distans, tel serait le titre pompeux de cette rubrique : l’athlétisme passionnément, mais avec distance. Non sans oser être critique. Et sans jamais craindre la phusis telle qu’elle est, pleine de sourires et de larmes.

L’athlétisme, un vieux sport dépassé ?

Athlétisme et santé

Plaisir et souffrance

Qu’est-ce que l’athlétisme ?

Vivent les profs debout !

Paroles de vieux copain

Valeur du sport