Prologue de Zarathoustra 1

23 mai 2010 | Commentaires (0) | Zarathoustra

À TRENTE ANS, ZARATHOUSTRA A QUITTÉ SON PAYS et le lac de son pays et s’en est allé dans la montagne. Il a joui là de son esprit et de sa solitude et ne s’en est pas lassé durant dix ans. Mais voilà enfin que son cœur s’est transformé. Et un matin, il s’est levé avec l’aurore, s’est placé en face du soleil et lui a parlé comme ça :

« Toi, grand astre ! Que serait ton bonheur si tu n’avais ceux que tu éclaires !

Dix ans durant, tu es monté ici vers ma caverne : sans moi, mon aigle et mon serpent, tu aurais été saturé de ta lumière et de ce chemin.

Mais nous t’avons attendu chaque matin, t’avons enlevé ta surabondance et t’avons béni pour cela.

Regarde ! Je suis trop plein de ma sagesse, comme l’abeille qui a trop recueilli de miel, j’ai besoin de mains qui se tendent.

Je voudrais offrir et distribuer, jusqu’à ce que les sages parmi les hommes se réjouissent de nouveau de leur folie et les pauvres de nouveau de leur richesse.

Pour cela, il faut que je descende dans les profondeurs : comme tu le fais, le soir, quand tu passes derrière la mer et que tu apportes encore de la lumière au monde d’en bas, ô astre débordant de richesse !

Je dois, pareil à toi, décliner, comme disent les hommes vers lesquels je veux descendre.

Aussi bénis-moi donc, toi, œil paisible, qui peut aussi regarder un trop grand bonheur sans jalousie !

Bénis la coupe qui veut déborder, que l’eau en coule à flots dorés et répande partout le reflet de tes délices !

Regarde ! Cette coupe veut de nouveau se vider, et Zarathoustra veut de nouveau devenir homme. »

– Voilà comment a commencé le déclin de Zarathoustra.

***

Le texte ci-dessus représente la retraduction, par nos soins, du premier paragraphe du Prologue du Zarathoustra de Nietzsche. Zarathoustra que nous proposons d’intituler nouvellement Voilà comment a parlé Zarathoustra.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Prologue de Zarathoustra 1 at Michel Herren.

meta