Rétablir l’équilibre de la vie

17 août 2012 | Commentaires (0) | Zarathoustra

« TU NE VOLERAS PAS ! TU NE TUERAS PAS ! » A l’époque, par chez nous, les commandements de ce genre couraient les rues. On les considérait même comme saints. On faisait tout pour les honorer : on s’agenouillait, courbait l’échine et allait jusqu’à enlever ses chaussures devant eux.

Mais je vous demande : y a-t-il un endroit au monde où il y a eu de plus grands voleurs et de plus grands assassins que par chez nous, là, justement, où ont triomphés de tels commandements pourtant considérés comme saints et vénérés partout ? Non !

Comment il se fait qu’il en soit ainsi ? Je vais vous le dire : du fait que ces commandements sont en désaccord avec la réalité de la vie. Voilà pourquoi notre monde a été marqué et continue à être marqué par un très grand nombre de vols et de meurtres. Mais dites-moi : n’est-il pas, dans certaines circonstances, bon de voler et de tuer ? Le vol et le meurtre n’est-il pas parfois nécessaire pour rétablir un tant soi peu l’équilibre de la vie, par exemple entre ceux qui n’ont rien et ceux qui ont tout ? En appelant saints de tels commandements, en les vénérant tout azimut, n’a-t-on pas frappé à mort la vérité elle-même – la vérité tragique de la vie ici et maintenant au profit d’une autre vérité, de la vérité idéale, abstraite, de l’ordre de la pure pensée morale ?

N’était-ce pas un prêche de mort que de proclamer saint ce qui, au fond, contredit la vie, ce qui va à l’encontre de la vérité tragique de la vie ? Oh, mes frères, mettez tout en œuvre pour brisez ce qui est néfaste à la vie, ce qui l’étouffe, ce qui l’empêche ! Brisez, brisez-moi les vieilles tables de valeurs et de commandements – et libérez donc l’existence en sa nature propre !

***

Traduction littérale

« Tu ne dois pas voler ! Tu ne dois pas tuer ! » – on appelait jadis saintes de telles paroles ; devant elles, on pliait genoux et têtes et enlevait les chaussures.

Mais je vous demande : où de tout temps dans le monde est-ce qu’il y a eu de meilleurs voleurs et assassins que là où il y avait de tels mots saints ?

N’y a-t-il pas dans toute vie elle-même – vol et tuerie ? Et le fait que de tels mots soient appelés saints, la vérité elle-même n’a-t-elle pas été – frappée à mort ?

Ou était-ce un prêche de mort que de proclamer saint ce qui contredit et va à l’encontre de la vie ? Oh, mes frères, brisez, brisez-moi les vieilles tables !

***

Il s’agit ci-dessus de la partie 10 (sur 30) du douzième chapitre (« De vieilles et de nouvelles tables ») de la « Troisième partie » des « Discours de Zarathoustra » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres se trouvent ici.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Rétablir l’équilibre de la vie at Michel Herren.

meta