Les paroles des calomniateurs du monde

27 septembre 2012 | Commentaires (2) | Zarathoustra

VOICI CE QUE DISENT LES PIEUSES PERSONNES, les gens des arrière-mondes, qui se réfugient dans le monde idéal, abstrait, pour mieux se détourner du monde ici-bas. Si je le sais, c’est que je les ai entendu parler à leur conscience. En vérité, je les ai entendu parler comme ça, sans la moindre intention de malice ou de fausseté, – alors même qu’il n’y a rien de plus faux ni de pire au monde :

« Laisse-donc le monde être le monde ! », se disent-ils quand ils se voient poussés à transformer et améliorer comme le fait la plupart le monde qui les entoure et leur déplaît. « Laisse-le être comme il est ! N’essaie surtout pas de le changer, ne lève pas le moindre doigt contre lui ! »

Ou encore, dans une situation de violence entre deux personnes : « Quoi ? Quelqu’un veut étrangler, embrocher, taillader et écorcher son prochain ? Là non plus, ne lève pas le moindre doigt contre lui ! Laisse-le faire ! N’essaie surtout pas de l’en empêcher : c’est exactement ce genre de volonté qui pousse celui qui en est le témoin à renoncer au monde, à apprendre à y renoncer. Et n’est-ce pas là le but : de renoncer au monde ici-bas, de lui dire une fois pour toute « non » – et de dire définitivement « oui » au monde au-delà ? » Voilà ce que se disent ces passifs et idéalistes calomniateurs du monde.

Ou encore, à propos de leur propre intelligence naturelle : « Et ta propre raison, ta propre raison naturelle, ta pulsion raisonnable, comme on peut l’appeler aussi, tu dois toi-même la prendre à la gorge et l’étrangler ; car c’est une raison basse, terre à terre, vile, qui n’a rien à voir avec la raison comme faculté de penser les idées suprasensibles – la seule raison qui vaille quelque chose et qu’il convient de cultiver. Tu le sais mieux que personne : cette raison naturelle, elle aussi doit te pousser à renoncer au monde, t’apprendre à le faire. »

Allez, ô mes frères, on a trop entendu de telles paroles : brisez les vieilles tables des valeurs ! Brisez-moi les vieilles tables des valeurs des hommes pieux, des passifs fanatiques de l’idéal ! Broyez les paroles des calomniateurs du monde et libérez une fois pour toutes la terre des chaînes rationnelles-morales qui l’étouffent !

***

Traduction littérale

J’ai entendu de pieuses personnes des arrière-mondes dire de tels propos à leur conscience, et en vérité, sans intention de malice et fausseté, – encore qu’au monde il n’y a rien de plus faux dans le monde, ni de pire.

« Laisse-donc le monde être le monde ! Ne lève pas même un doigt contre lui ! »

« Laisse celui qui le veut étrangler et embrocher et tailler et écorcher les gens ; là non plus, ne lève pas même un doigt contre lui ! Par là ils apprennent encore à renoncer au monde. »

« Et ta propre raison – tu dois la prendre toi-même à la gorge et l’étrangler ; car c’est une raison de ce monde, – par là tu apprends toi-même à renoncer au monde. » –

– Brisez, brisez-moi, ô mes frères, ces vieilles tables des hommes pieux. Broyez-moi les paroles des calomniateurs du monde !

***

Il s’agit ci-dessus de la partie 15 (sur 30) du douzième chapitre (« De vieilles et de nouvelles tables ») de la « Troisième partie » des « Discours de Zarathoustra » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres se trouvent ici.

2 réponses à “Les paroles des calomniateurs du monde”

  • Romanysos dit :

    Il est donc nécessaire d’agir : mais comment? Dans quel sens – pour ne pas faire plus de mal encore? En suivant sa propre « pulsion raisonnable », c’est-à-dire, comme je le comprends moi, ce par quoi on se sent appelé et gouverné?

  • Michysos dit :

    Dans le sens de la phusis, ou musicalité de toute chose. En suivant sa propre pulsion raisonnable, naturelle, enfantine – et en évitant à tout prix de se laisser glisser du côté de la pulsion rationnelle idéaliste-morale. Tout l’enjeu est de savoir distinguer l’une de l’autre – et de parvenir à favoriser l’une en surmontant l’autre.

  • Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Les paroles des calomniateurs du monde at Michel Herren.

meta