La danse et le rire

1 décembre 2012 | Commentaires (0) | Zarathoustra

VOICI COMMENT JE VEUX QUE SOIENT LES HOMMES ET LES FEMMES : les hommes doivent être prêts pour la guerre, les femmes prêtes à faire des enfants. Mais attention : tous deux doivent toujours être prêts à danser ; et pas seulement avec le corps, mais aussi avec la tête. La lourdeur et le sérieux des guerriers doit les conduire à devenir de légers joueurs ; et la souffrance et le sentiment de responsabilité des futures mères se muer en plaisir et en insouciance.

Il doit en être comme ça pour tout le monde : et chaque journée où nous n’avons pas dansé, ne serait-ce qu’une fois, ne serait-ce qu’un peu, nous devons la considérer comme une journée perdue ! Et chaque vérité que nous avons prononcée sans éclat de rire, fût-il tout petit, nous devons la considérer comme une erreur ! La danse et le rire sont le plus important dans toutes nos entreprises, corporelles et intellectuelles, comme résultat du dépassement de la lourdeur et du sérieux.

***

Traduction littérale

Voilà comment je veux l’homme et la femme : l’un apte à la guerre, l’autre apte à enfanter, mais tous deux aptes à danser avec la tête et les jambes.

Et qu’il soit perdu pour nous le jour où nous n’avons pas dansé une fois ! Et qu’elle soit fausse pour nous, chaque vérité à laquelle il n’y a pas eu un éclat de rire !

***

Il s’agit ci-dessus de la partie 23 (sur 30) du douzième chapitre (« De vieilles et de nouvelles tables ») de la « Troisième partie » des « Discours de Zarathoustra » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres se trouvent ici.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading La danse et le rire at Michel Herren.

meta