En route vers la grande victoire !

7 janvier 2013 | Commentaires (0) | Zarathoustra

Ô TOI MA VOLONTÉ, ma double volonté : en même temps ma petite volonté individuelle, faculté qui me permet de prendre librement mes décisions ; et ma grande volonté, qui me permet de les prendre comme il faut, en conformité avec le monde ! Toi, moteur de tout ce que j’entreprends, de tout ce que je dois entreprendre, tournant de toute nécessité, de toute misère en bonheur ! Toi ma nécessité ! Ô ma volonté, préserve-moi de toutes les petites victoires qui ne font que satisfaire l’ego et détournent de la route qui conduit à la grande victoire !

Toi, ma volonté, toi qui guides et destines en toute nécessité mon âme, toi que j’appelle destin ! Toi qui es à la fois ma petite volonté en moi et la grande volonté au-dessus de moi ! Allez, préserve et réserve-moi, par-delà toutes les petites victoires, une grande destinée, un grand destin !

Et ton ultime grandeur, réserve-la pour ton ultime haut-fait, ton ultime victoire ! Et pourvu que tu sois suffisamment grande pour, dans celle-ci, être impitoyable ! Ah, qui n’a pas perdu de plumes, et même plus : qui n’a pas succombé à sa victoire !

Ah, qui n’a pas laissé son œil s’assombrir dans le crépuscule enivré de la victoire, qui n’a pas perdu sa lucidité dans la lumière incertaine qu’engendre le triomphe ! Ah, qui n’a pas eu le pied qui chancelle, n’a pas désappris à se tenir debout à l’heure du succès !

– Ô toi, ma volonté, fais que je sois un jour prêt et mûr pour la grande victoire ; celle qui a lieu à l’heure du grand midi, à l’heure de la plus grande clarté, où le soleil est au zénith, et où l’ombre est la plus minime : prêt et mûr comme de l’airain incandescent, au fond extrêmement dur et, par le chaud, en même temps devenu malléable, façonnable ; prêt et mûr comme un nuage gros d’éclairs sur le point de s’abattre sur la terre pour y rétablir l’équilibre entre ciel et terre ; prêt et mûr comme un pis de vache gonflé de lait, débordant de générosité et de richesse ;

– Prêt à être moi-même, à être moi-même en ma grande volonté, en ma volonté la plus profonde, la plus nécessaire et la plus cachée : un arc qui désire sa flèche, une flèche qui désire sa cible, son étoile ;

– Moi-même une cible, une étoile, prête et mûre dans son midi, incandescente, brûlante, destructrice, et à la fois transpercée de flèches, heureuse face aux destructrices flèches du soleil ;

– Moi-même un soleil et une impitoyable volonté de soleil, débordante de force, de chaleur et de clarté, prête à rester grande, lucide et solide dans la victoire ; prête à détruire, jusque dans la victoire !

Ô volonté, moteur et tournant de toute nécessité, de toute misère en bonheur, toi ma nécessité ! Réserve-moi une grande victoire, une seule grande victoire !

Parole de Zarathoustra.

***

Traduction littérale

Ô toi, ma volonté ! Toi, tournant de toute nécessité, toi ma nécessité ! Préserve-moi de toutes les petites victoires !

Toi, destinée de mon âme, que j’appelle destin ! Toi en-moi ! Au-dessus-de-moi ! Préserve et réserve-moi pour un grand destin !

Et ta dernière grandeur, ma volonté, réserve-la pour ton dernier, – que tu sois impitoyable dans ta victoire ! Ah, qui n’a pas succombé à sa victoire !

Ah, l’œil de qui ne s’est pas assombri dans ce crépuscule enivré ! Ah, le pied de qui n’a pas chancelé et désappris dans la victoire – à se tenir debout ! –

– Que je sois un jour prêt et mûr dans le grand midi : prêt et mûr comme de l’airain incandescent, un nuage gros d’éclairs et un pis gonflé de lait : –

– prêt à moi-même et à ma volonté la plus cachée : un arc désirant sa flèche, une flèche désirant son étoile : –

– une étoile, prête et mûre dans son midi, incandescente, transpercée, heureuse face aux destructrices flèches de soleil :

– elle-même un soleil et une impitoyable volonté de soleil, prête à détruire dans la victoire !

Ô volonté, tournant de toute misère, toi ma nécessité ! Réserve-moi pour Une grande victoire ! – –

Parole de Zarathoustra.

***

Il s’agit ci-dessus de la dernière partie (30 sur 30) du douzième chapitre (« De vieilles et de nouvelles tables ») de la « Troisième partie » des « Discours de Zarathoustra » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres et parties se trouvent ici.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading En route vers la grande victoire ! at Michel Herren.

meta