Rieur de vérité

28 février 2016 | Commentaires (0) | Zarathoustra

il_570xN.774877867_m2ocDix-huitième leçon du prêche de sagesse tragique que Zarathoustra distille à ses hôtes, les hommes supérieurs, dans sa caverne perchée dans les montagnes.

|

Cette couronne de rieur, couronne de rosaire, de roses, symbole de ma dignité, de mon pouvoir, de ma royauté, je me la suis moi-même mise sur la tête. Oui, parce que je n’ai trouvé personne d’assez fort pour ça, j’ai moi-même célébré, sanctifié mon rire.

Zarathoustra le danseur, Zarathoustra le léger, qui fait des signes non pas avec ses mains, ses pieds, mais avec ses ailes. Zarathoustra qui est toujours prêt à s’envoler, qui fait signe à tous ceux qui volent, à tous ceux qui sont du genre des oiseaux. Zarathoustra qui est toujours prêt, toujours disponible. Zarathoustra le béat ; Zarathoustra le bienheureux, le sans souci, l’espiègle.

Zarathoustra le diseur de vérité, Zarathoustra le rieur de vérité : non pas de la vérité fixe, toute claire, bonne et belle, mais de la vérité comme processus productif et cohérent de dévoilement du jeu de voiles de la vie. Zarathoustra le rieur de vérité : non pas l’impatient, l’absolu, mais celui qui aime le mouvement, les écarts, les sauts, les sauts de côté. Oui, faute de mieux, je me suis moi-même mis cette couronne sur la tête.

Telle est la dix-huitième des vingt leçons de Zarathoustra.

***

Traduction littérale

Cette couronne de rieur, cette couronne de rosaire : cette couronne, je me la suis moi-même mise sur la tête, j’ai moi-même sanctifié mon rire. Je n’ai trouvé nulle autre personne aujourd’hui assez forte pour ça.

Zarathoustra le danseur, Zarathoustra le léger, qui fait des signes avec les ailes, le prêt au vol, qui fait signe à tous les oiseaux, prêt et disponible, le béatement sans souci.

Zarathoustra le diseur de vérité, Zarathoustra le rieur de vérité, pas l’impatient, pas l’absolu, celui qui aime les sauts et les sauts de côté ; moi-même je me suis mis cette couronne sur la tête.

***

Il s’agit ci-dessus de la dix-huitième partie du treizième chapitre de la « Quatrième et dernière partie » du Zarathoustra de Nietzsche. Texte phusiquement réinvesti (en haut) et traduction littérale (en bas). Les précédents chapitres et parties se trouvent ici. Musique : Keith Jarrett, Köln Concert, 1975.

Vos commentaires

What's this?

You are currently reading Rieur de vérité at Michel Herren.

meta